La sexualité différente expliquée aux enfants

La vie comme un art

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Grâce à Dieu nous vivons dans un pays libre qui n'emprisonne pas les gens pour leur orientation sexuelle...

Ce qui génère une multiplicité de profils et de façon de vivre et d'être, loin de la pensée unique. Nos enfants sont eux même chanceux de ne pas avoir à subir des dictatures dans lesquels les gens n'ont pas le droit de s'aimer comme bon leur semble et de disposer de leur propre corps à leur guise, de l'enfance à la mort. Des gens partout dans le monde s'arrogent le droit de décider à la place des enfants de leur utilisation de leur corps face à l'acte sexuel et nous valons tous et toutes mieux que ça.

Comment apprendre à nos enfants à ne pas tomber dans la dictature de la pensée et à rester à la fois ouvert et tolérant envers les autres tout en respectant leur propre corps et celui des autres ? Se créer leurs propres valeurs tout en ne condamnant pas celles des autres ?

En réalité, c'est très simple. Il suffit de dire la vérité avec beaucoup d'amour et de douceur et de ne pas se contenter d'interdire ou de cautionner. Il faut accompagner l'enfant dans sa réflexion comme face au viol : oui, le viol est un acte abominable et horrible qui a des conséquences monstrueuses sur la vie entière de la victime... La preuve puisque les violeurs sont eux même des victimes de violences sexuelles, psychologiques ou physiques... Il ne s'agit pas d'incriminer, il s'agit d'expliquer pour comprendre et ne pas rester bloquer face à la tristesse de la situation. Ouvrir des portes de possibilités d'autres choses, de nouveaux mondes...

Je ne compare pas les personnes qui ont des relations sexuelles avec les personnes de même sexe aux violeurs, très loin de là... Je pense juste que c'est là l'exemple le plus criant de ce qu'on peut le plus avoir de mal à concevoir, la compréhension du violeur et qui pourtant mérite qu'on l'aborde avec beaucoup de recul, d'empathie et de compréhension parce qu'il en va de la santé mentale des victimes et de toute la société au final. Si on ne cherche jamais à comprendre pourquoi les violeurs violent on continue à envoyer de la violence à des personnes gorgées de violence et on n'en sort pas... Jamais.

Pour les personnes qui ont des relations sexuelles avec les personnes de même sexe, il faut bien comprendre, qu'en tant que parents hétérosexuels, c'est une vraie peur pour l'éducation de nos enfants, parce que c'est une complexité éducative qui nous demande déjà à la base de comprendre nous même pourquoi certaines personnes ne peuvent pas aimer d'amour et de sexualité l'autre sexe alors que nous le faisons naturellement sans même avoir à y réfléchir...

Et cette question est d'autant plus terrible à aborder que les personnes concernées ne nous aident pas forcément à comprendre, ne nous aide pas forcément à trouver la vérité et à la dire, ni même à se laisser vraiment aborder par nous... Entre un homme qui expliquera qu'il "est PD depuis qu'il est petit et qu'il l'assume" en nous vociférant dessus comme si on l'avait déjà insulté en tentant de comprendre et tous ces témoignages qui parlent d'inceste pendant la petite enfance, mais qu'on a jamais le droit de citer... Il ne nous reste plus que les quelques "Moi j'étais dans une famille aimante et je suis lesbienne, ça n'a rien à voir..." Bon. On ne peut tout de même pas demander à se mentir à soi même et s'empêcher de faire des analogies logiques. Juger est le propre de l'Homme. Forcément ça restera biaisé dans la tête de la majorité tant que les choses ne sont pas explicitées. Et quand on ouvre cette porte là, en vérité on rentre dans un monde obscur où le non-dit domine.

C'est une vérité.

Face à nos enfants, il faut la vérité. C'est notre seule salut dans l'éducation parce que nos petits chérubins grandiront et finiront bien par la trouver, la vérité.

Je donne donc ma vérité à mes enfants, la seule qui, j'en suis sûre est vraie : la sexualité avec une personne du même sexe me dégoûte naturellement et je transmets ce dégoût à mes filles, tout naturellement. Mais je ne leur transmets pas le dégoût des personnes qui ont des relations sexuelles avec les personnes du même sexe parce que ces personnes là ne me dégoûtent pas. Très loin de là. J'ai tendance en réalité à très bien m'entendre avec tout le monde, eux et elles y compris et je n'ai jamais, strictement jamais rejeté quelqu'un pour son orientation sexuelle, sa couleur de peau ou sa religion. Juste parce qu'ils étaient con, ça oui, surtout et ça, ça se retrouve partout, dans toutes les communautés.

Je ne suis pas favorable à ce que les humains privent des enfants de leurs parents biologiques en jouant avec la reproduction humaine, que ce soit des hétérosexuels ou des personnes qui ont des relations sexuelles avec des personnes du même sexe. Et c'est mon droit. Mais je ne me suis jamais opposé ni au mariage pour tous, ni au droit d'adoption des personnes qui ont des relations sexuelles avec les gens de même sexe, au contraire, j'ai même soutenu cela...

Je pense que la sexualité ne détermine pas l'accès au droit et qu'un droit pour l'un doit être le même pour l'autre. C'est pour ça que je suis contre la PMA, pour tous. Et que cela m'a attiré les foudres d'une minorité qui ne supporte pas qu'une femme, mère de famille, métisse de surcroît rentre dans ces affaires de famille dont elle a déjà du mal à se légitimer par sa couleur de peau, son sexe et sa religion... Depuis ça s'est calmé et je maintiens toutes les déclarations que j'ai faites sur ces sujets là car je les ai toujours faites dans le respect de l'amour que les uns ou les autres peuvent se porter. Ce n'est pas parce que je défends les droits des enfants que je veux interdire les droits de ceux qui veulent être parents, à s'aimer, qui qu'ils soient. L'amour est un droit universel et tout le monde doit avoir la liberté d'aimer qui bon lui semble. Que ce soit clair.

J'explique donc à mes enfants qu'il faut se méfier de ne jamais mettre tout le monde dans le même panier tout en restant lucide pour savoir défendre ses propres droits et ceux de ses enfants (donc de tous les enfants) et que "c'est ceux qui deviennent méchants qui perdent parce qu'ils n'ont plus la joie de pouvoir être gentils avec les autres et être gentil c'est tellement bon, qu'ils ont tout raté, ils sont déjà puni". Qu'une personne soit gentille et fasse l'amour avec l'autre sexe ou avec le même, ça reste une personne gentille alors il faut lui parler avec gentillesse et la respecter comme elle est : gentille.

Et vous ? Comment abordez vous le sujet avec vos enfants ? Si vous êtes une personne qui a des relations sexuelles avec une personne du même sexe que pensez vous d'une personne qui essaie de comprendre votre sexualité et vous pose des questions telles que "depuis quand ou pourquoi tu as cette orientation sexuelle ?"


Ajouter un Commentaire


MomLetter

Abonnez-vous à notre Newsletter!