Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

http://www.7sur7.be/static/FOTO/pe/4/13/11/large_765761.jpg 

Quand on est une fille, on sait bien qu'il faut passer par la case gynéco une fois par an. Et ce tout au long de sa vie. D'où l'importance de faire le bon choix.

On ne va pas se le cacher, ce rituel n'est jamais une partie de plaisir. Dévoiler son intimité à un (quasi-) inconnu rend toujours vulnérable, surtout les plus pudiques d'entre nous. Pourtant, c'est ce médecin qui va nous accompagner dans toutes les grandes étapes de notre vie de femme : adolescence, contraception, première expérience sexuelle, grossesse et (plus tard) ménopause Impossible de s'en passer. Conseils pour ne pas se tromper et aborder ces rendez-vous avec sérénité.

 

Se sentir à l'aise

Dites-vous bien qu'il n'y a pas de mauvaises questions ni de questions saugrenues. On doit pouvoir tout lui demander sans crainte de se faire envoyer balader. « Il n'y a pas de honte à avoir », insiste le Dr Ma-rianne Buhler. Que ce soient des interrogations d'ordre médical ou sexuel, elles doivent pouvoir être posées sans aucune gêne. C'est le premier critère de sélection. En fonction de ça, à vous de voir si vous préférez une femme ou un homme, sachant que ces derniers sont tout aussi capables de délicatesse. En revanche, ne laissez pas la moindre ambiguïté s'installer.


être sûre de lui

Vous devez sentir que vous avez affaire à un pro, même si ce n'est pas toujours facile de jauger le sérieux d'un médecin. Fiez-vous au bouche-à-oreille. Si une de vos bonnes copines vous affirme qu'elle a un gynéco génial qui la suit depuis dix ans, il y a des chances que ce soit pareil avec vous. Sachez qu'il doit toujours vous faire subir un examen complet : palpation des seins, pose du spéculum et toucher vaginal. Le frottis n'est pas obligatoire, sauf si le gynéco observe une modification du col de l'utérus. Sinon, la fréquence recommandée est de tous les deux à trois ans. Le reste (poids, tension ou prise de sang) dépend de votre état de santé et de votre suivi médical par ailleurs.

Avoir confiance

Le secret médical, ça vous dit quelque chose ? Ce que vous confiez à votre gynéco, ainsi que tous vos résultats d'examens, ne doit jamais être répété. Cette dimension prend toute son importance si vous êtes suivie par le même spécialiste que votre mère, votre soeur ou votre cousine. S'il n'aborde pas ce sujet, parlez-lui-en clairement dès le premier rendez-vous.

Ne pas souffrir

L'examen gynécologique doit être indolore. Si vous avez mal, il faut le dire. Ce n'est pas normal. Plusieurs causes possibles : soit vous êtes trop tendue, et le médecin doit alors prendre le temps de dialoguer avec vous et d'expliquer ce qu'il vous fait, soit vous avez un petit bobo, et la douleur n'est que ponctuelle, soit le praticien est trop brutal pour vous. Dans ce cas, mieux vaut en changer.


Fuir les moralisateurs (moralisatrices)

En aucun cas, un médecin ne doit vous faire la morale. Il doit laisser ses convictions npersonnelles et ses opinions à la porte du cabinet, et garder ses distances. Son rôle est de mettre toutes ses connaissances à votre disposition, de vous guider, de répondre à vos questions, mais il doit vous laisser le choix. C'est à vous de décider. Il n'a pas à s'impliquer en tant que personne, même si vous mourez parfois d'envie de lui demander : « à ma place, vous feriez quoi ? »

Merci au Dr Marianne Buhler, gynécologue.

www.cosmopolitan.fr

Photos : http://lna.l.n.pic.centerblog.net/6ahtapta.jpg

http://www.7sur7.be/static/FOTO/pe/4/13/11/large_765761.jpg

http://images.eonline.com/eol_images/Entire_Site/20081106/425.lasalle.clooney.wyle.lc.110608.jpg


Ajouter un Commentaire


MomLetter

Abonnez-vous à notre Newsletter!